Une centaine de personnes réunies lors du 1er Forum Agen 2021 Eau Énergies Territoires

Experts, Responsables politiques, Chefs d’entreprise, Grand public

Une centaine de personnes réunie
au 1er Forum Agen 2021 Eau Énergies Territoires

Compte rendu réalisé par Delphine Julie

Le premier Forum Eau Énergies Territoires s’est tenu à Agen, le 10 septembre dernier. L’agglomération dispose d’une expertise en matière de gestion de l’eau et des énergies nouvelles : principale ville d’un département qui se veut territoire modèle de la transition écologique et énergétique, à l’origine du cluster « Eau et Climat », comptant sur son territoire, l’IFTS, Institut de la Filtration et des Techniques Séparatives, institut d’excellence en matière de recherche sur la filtration de l’eau notamment.

Tout au long de la journée, experts, scientifiques, élus, chefs d’entreprise et représentants du monde agricole ont échangé sur la nécessité de mieux gérer la « ressource » eau et notamment le stockage. En effet, le Lot-et-Garonne sera d’ici 30 ans l’un des départements les plus chauds de France. Il connaîtra des épisodes pluvieux plus courts mais plus intenses et des périodes de sécheresse plus nombreuses. Parmi les principales pistes de réflexion, ont été évoquées :

Les infrastructures à mettre en œuvre pour permettre une gestion « en circuit court », avec des lieux de stockage plus proches des lieux de distribution

La nécessité de développer les moyens d’utiliser à plein le potentiel de l’« eau recyclée » : un circuit d’eau parallèle dans les habitats collectifs permettrait de recycler les eaux utilisées dans les salles de bain par exemple pour les utiliser dans les toilettes • Le développement de nouvelles coopérations entre les territoires pour une gestion globale de l’eau

Le développement des filières locales de production d’énergie dans une réflexion globale du bilan carbone sans opposer les sources potentielles mais en les additionnant de manière raisonnée • La nécessite de mettre à jour la Loi sur l’Eau pour l’adapter à ces nouvelles pratiques.

Retrouvez la page de l’événement et le détail des propositions issues des ateliers ainsi que les PPT de deux conférenciers

« Nous sommes heureux de cette mobilisation malgré les orages et les inondations de la veille qui nous aurons rappelé combien eau et énergie pouvaient être intimement liées », explique Vincent Edery, directeur de l’IFTS, « les élus ont répondu présents : Henri Tandonnet, 1er Vice-Président de l’Agglomération d’Agen, Maire de Moirax, en charge de l’aménagement du territoire (infrastructures et SCoT) et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, ancien sénateur de Lot-et-Garonne, Michel Lauzzana, député de la 1ère circonscription de Lotet-Garonne, membre de la commission des finances, Delphine Eychenne, Conseillère régionale élue de Lot-etGaronne (47) et Paul Vo Van, Conseiller départemental canton de l’Ouest agenais. Ont également participé le Président de la CCI 47, Alain Brugalières, ainsi que d’autres élus de communes étaient là aussi comme Jean-Marc Causse, Maire d’Aubiac et président de Territoire d’Énergie 47 ».

« La participation de représentants d’associations et d’Agenais aux conférences et aux ateliers de travail nous a confortés dans l’idée que ce rendez-vous était unique et indispensable pour rendre l’information accessible au grand public », complète Marianne Rolot, fondatrice de l’Agence Conseil Marianne Europe.

Que vous ayez participé ou pas au Forum #Agen2021EET « Eau Energies Territoires » du 10 septembre 202, Nous sommes heureux de vous informer que le document issus des réflexions des 3 ateliers et les PPT de 2 conférences a été, à ce jour, mis en ligne sur la page de l’événement : https://marianneurope.fr/agen-forum-eet/ . /box]

La recherche, l’innovation et la coopération : les 3 clés pour préparer l’avenir

Jean-François Berthoumieu

Jean-François Berthoumieu, climatologue, Président du cluster Eau & Climat, a présenté sa conférence « L’eau de pluie, à la rescousse du changement climatique”. Il est aussi l’organisateur depuis plusieurs années de la COP 47. Photo @FabriceBourniquel

Les conférences du matin — « INDUSTRIE ET ÉCOLOGIE : APRÈS LA CHUTE, LA RELÈVE », « POUR UNE GESTION DURABLE DE L’EAU EN MILIEU URBAIN », « L’EAU DE PLUIE A LA RESCOUSSE DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE » de respectivement Marie Atinault, Roger Ben Aïm et du climatologue
Jean-François Berthoumieu – ont dressé un état des lieux de la gestion de l’eau et des énergies au niveau local et confronté les pratiques selon les différentes configurations : milieu agricole ou urbain, habitat individuel ou collectif, jardins privés ou publics, équipements sportifs… Les demandes mais aussi les solutions sont nombreuses.

Il est donc nécessaire de raisonner à la fois en termes de territoire pour un réseau d’eau cohérent et de qualité, en termes de ville, voire de quartier.

« Aujourd’hui, il ne faut plus réfléchir à la simple satisfaction des besoins mais à la façon de gérer une ressource eau qui sera alternativement trop abondante puis rare », explique Jean-François Berthoumieu, Président du Cluster Eau & Adaptation au changement climatique, Directeur de l’Association Climatique de
Moyenne-Garonne (ACMG, www.acmg.asso.fr), Animateur du groupe européen ClimAlert. « L’eau douce disponible sous forme liquide représente moins de 1% de l’eau sur terre : on ne peut plus se permettre d’envisager l’eau potable comme une « ressource à usage unique ».

« Il faut apprendre non seulement à économiser l’eau mais aussi accepter d’utiliser de l’eau recyclée. Elle peut être réutilisée à l’infini sachant que les déchets récupérés sont des sources d’énergies potentielles. Les collectivités devraient avoir la possibilité de se lancer dans cette approche déjà utilisée par le secteur industriel », complète Roger Ben Aïm, fondateur de l’IFTS, Conseiller scientifique, fondateur du Centre d’Essais qui porte aujourd’hui son nom.

Roger Ben Aïm et Jean-François Berthoumieu ont apporté des réponses très concrètes à l’alternance d’épisodes pluvieux intenses et de fortes sécheresses qui caractériseront le climat de demain :

– Il est urgent de s’intéresser au potentiel des « eaux grises* » qui doivent être considérées comme une
ressource de qualité et disponible toute l’année.

– On a trop longtemps négligé le sol comme un des moyens les plus efficaces pour retenir et filtrer l’eau.

En parallèle, Marie Atinault, en charge des transitions et innovations écologiques pour la Métropole de Rouen, a témoigné à distance, de l’action mise en place sur son territoire : la métropole normande elle aussi vivement touchée par l’urgence climatique. Elle développe des stratégies pour une meilleure gestion des ressources.

Être acteur du développement durable

Quatre entreprises et organisations ont expliqué de quelle manière elles étaient actrices du développement durable :

Présentation des initiatives de Avergies par Nicolas Gente – Photo @FabriceBourniquel

  • Hervé Suty pour la société Tergys qui fabrique des stations autonomes de filtration ;
  • Myriam Correia représentant alors Harmonie Mutuelle devenue entreprise à mission ;
  • Nicolas Gente, pour Avergies, une société d’économie mixte intéressée par les énergies renouvelables regroupe aujourd’hui l’ensemble des 319 communes de Lotet-Garonne, unique autorité organisatrice du service public de distribution d’électricité dans le département ;
  • Jean-Marc Bourniquel pour le Cluster Eau et Adaptation au Changement Climatique (www.eau-climat.com) créé en août 2014, sous l’impulsion de l’Agglomération d’Agen, qui a pour objet l’amélioration quantitative et qualitative de la ressource en eau en regard des enjeux économiques liés aux divers usages de l’eau et de l’adaptation nécessaire aux contraintes du réchauffement climatique.

* eaux usées domestiques faiblement polluées issues des douches ou des lavabos par exemple.

Des ateliers pour élaborer un cahier de propositions destinées pour les élus

 

A l’issue de ces conférences-débats, les participants ont travaillé sur trois thématiques :

    • Épuration à énergie positive quelle réalité ou comment fabriquer de l’énergie à partir des procédés de traitement ? Hervé Suty, Président de Tergys, start-up innovante spécialisée dans la production et le stockage d’énergies vertes, la production et les économies de l’eau a animé cet atelier.
      L’objectif de cet atelier était d’identifier des solutions pour un assainissement neutre voire positif en énergie. Plusieurs approches ont été évoquées : nouveau procédé d’épuration économe en énergie (bioréacteur à aération membranaire) , séchage ou déshydratation des boues par four solaire, chauffage des bâtiments abritant les infrastructures de recyclage par la géothermie, alimentation des équipements de traitement par l’électricité produite grâce à l’énergie solaire ou la méthanisation, utilisation du CO2 produit et des nutriments issus des boues pour alimenter des serres à proximité ou la culture d’algues. Autre piste explorée : le recyclage des graisses des lingettes collectées auprès des citoyens. 
    • Comment capter et faire mûrir l’innovation dans le domaine de l’eau, de l’énergie. Biométhane et biohydrogène, solutions d’avenir ? animé par Vincent Edery, directeur de l’IFTS et Nicolas Gente, directeur de la SEM AVERGIES.

De cet atelier, il est ressorti 4 chantiers à travailler :

L’éthique : la production d’énergie, comme l’hydrogène, peut avoir un bilan carbone très élevé suivant sa source et la performance des systèmes de transformation. Il importe donc de mettre en place des ACV (analyses de cycle de vie) pour chacune des innovations en développement dans tous les
domaines : extraction des matières premières, exploitation, fin de vie et recyclage. Il faut valoriser les complémentarités : électricité, gaz, biomasse, hydrogène et ne pas privilégier une énergie et se priver des autres ;

L’harmonisation des réglementations sur l’eau, l’énergie, le climat est nécessaire,

La mise en place de filières de proximité de production et de stockage de méthane en tant qu’énergie et de carburant : à partir d’hydrogène produit par les excédents de production renouvelable électrique, de la filière agricole et des boues de STEP (d’épuration), des eaux usées (production de chaleur).

La formation des acteurs sur les solutions technologiques alternatives et la création d’espaces d’échanges et de travail comme le Forum Eau Énergies Territoires : chercheurs, élus, entrepreneurs, associations, étudiants…

    • Stocker les eaux de ruissellement, les eaux usées traitées : un atout pour la vie ? Atelier animé par Delphine Piazza-Morel, ingénieure, spécialisée en aménagement du territoire et développement local, chef de service « transition environnementale », Agglomération d’Agen.

Les problématiques du stockage de l’eau varient très fortement en fonction des milieux et des usages. En ville, par exemple, des cuves de récupération d’eau de pluie pourraient être installées lors de travaux en sous-sol. L’eau stockée pourra servir à l’arrosage ou au nettoyage des rues, ce qui limitera aussi la circulation es véhicules motorisés dédiés habituellement à cet usage.

De nouvelles formes de collaborations doivent se mettre en place, par exemple, avec le secteur du bâtiment. Les toitures végétalisées doivent être conçues pour récupérer, stocker, voire filtrer l’eau.

En milieu rural où l’habitat est moins concentré, on peut imaginer des règles de construction nouvelles qui favorisent l’infiltration des eaux pluviales.

La réutilisation des eaux usées est aussi un vrai sujet : d’un côté, les boues issues de procédés d’épuration sont des sources d’énergie sous-exploitées.

Autre piste à explorer : la possibilité de créer des circuits de distribution de l’eau récupérée après les opérations de filtrage. Par exemple, dans l’habitat collectif, ce réseau supplémentaire pourrait être développé pour alimenter les toilettes par exemple. Cela permettra d’économiser l’eau potable.

Le 1er Forum Eau Energies Territoires était conjointement organisé par l’Agence Conseil Marianne Europe via son département Best & Boost, piloté par Marianne Rolot et Catherine Duval, et l’Institut de la Filtration et des techniques séparatives (IFTS), dirigé par Vincent Edery.