Confinement 2ème saison : sidération et démographie

Je vous remercie de l’écho favorable que vous réservez à mon blog.

Vos commentaires sont un enrichissement à la connaissance et au débat.

Je voudrais vous parler aujourd’hui de deux sujets : sidération et démographie.

La sidération d’abord. Un petit sondage auprès de mon entourage m’a permis de constater que ce deuxième confinement a eu un impact psychologique inattendu sur bon nombre d’entre-vous. Sidération, colère, frustration, coup de massue, sont les mots qui reviennent souvent.

On peut se demander pourquoi sachant que nous avions déjà les uns et les autres une expérience qui en toute logique aurait dû mieux nous préparer à cette réalité. Adrien Chignard psychologue du travail, nous apporte des éléments de réponse dans l’interview que lui a accordée le magazine Psychologies publiée sous le titre « Reconfinement : pourquoi  il est normal d’être déprimé » : « On connaît la cause de ce ressenti depuis les années 70. Martin Seligman, devenu par la suite le père de la psychologie positive, a parlé le premier du concept de résignation apprise ou d’impuissance apprise. C’est le sentiment de ne plus avoir de prise sur le monde ; qu’il n’existe plus de liens entre nos efforts, nos comportements, nos actions et le monde. Pour beaucoup, nous avons le sentiment d’avoir fourni des efforts durables, d’avoir respecté les gestes barrière, la distanciation sociale, d’avoir utilisé des litres de gel hydroalcoolique… pour être reconfinés. » Je vous engage à lire cet article qui formule également une approche pour rebondir.

Démographie, faut-il la contraindre ?

Mais par ces temps de crise, d’autres problématiques s’expriment auxquelles ont n’avait pas nécessairement pensé. J’ai ainsi été approchée par Fernando Leal-Calderon passionné par les démarches responsables. Il m’informe qu’un groupe de volontaires a lancé en mai dernier une pétition pour la création d’une instance onusienne visant à renforcer le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC).

Il s’agit d’un plaidoyer pour créer une instance dédiée à l’étude de la démographie mondiale. L’approche vise à faire prendre conscience que les objectifs de développement durable de l’ONU fixant un cap pour 2030 ne seront pas atteints et qu’il est nécessaire d’intensifier partout dans le monde les initiatives démographiques humanitaires, respectueuses des droits de l’homme telles que le planning familial, l’éducation des jeunes et la promotion de l’égalité H/F.

Une pétition est mise en ligne qui s’appuie sur un édito et un vidéoclip que je vous laisse découvrir. 1400 votants actuels partagent le diagnostic de plusieurs dizaines de milliers de scientifiques, de membres d’ONG et d’associations humanitaires, comme cela est décrit dans un édito . La pétition, l’édito et la liste des signataires seront adressées au Secrétaire général de l’ONU en décembre 2020.

Edito_9_FR

Marianne Rolot

Ne sachant pas trop quoi en penser, j’aurais aimé avoir votre avis sur ce dernier sujet, chers lecteurs.