Créer les conditions de “l’estime augmentée”

Vous est-il arrivé de remettre le nez dans vos cahiers d’écolier ? Avez-vous éprouvé les émotions liées à l’afflux des souvenirs ? Le même sentiment émerge de ces dossiers “professionnels” installés sur la dernière étagère de ma bibliothèque qui concernent les actions engagées et non abouties.

On dit que le succès est semé d’échecs. A bien y réfléchir, le succès s’appuie aussi et souvent sur les ratages. Les échecs participent de la prise de conscience et de l’amélioration. Ils permettent d’ajuster les actions et parfois de renforcer la motivation.

En rangeant mes dossiers, installés sur la dernière étagère de ma bibliothèque, j’ai retrouvé trois de ces projets qui ont sédimenté mon parcours de professionnelle maintenant tournée vers la représentation de conférenciers et de conférencières.

En 2016, un premier projet réalisé avec deux complices du moment portait sur un groupe de projet numérique. Nous l’avions intitulé KADOMA à partir des premières syllabes de nos prénoms et nous avions pas mal phosphoré sur l’univers d’information sur les innovations que nous souhaitions partager avec nos clients.

En 2018, un projet d’événement dédié à l’innovation intitulé au Fil de l’innovation devait réunir 7 conférenciers et conférencières dans un espace de coworking normand dans un esprit d’échange de pratiques et d’ouverture à de nouvelles conceptions de fonctionnement managérial. Nous nous adressions à des entreprises et des entrepreneurs. Nous n’avons pas rencontré notre public.

En 2019, j’avais imaginé avec une nouvelle partenaire un projet d’intelligence économique destiné à exploiter nos compétences respectives de “veilleuses”. Le projet a fait long feu.

Voilà pourquoi en 2020, le conférencier Bruno Wagner a dit de moi que j’étais une “éveilleuse d’information” expression que j’ai aussitôt adoptée tellement elle synthétisait ce que j’étais.

Qu’a-t-il manqué à nos projets successifs ? Une meilleure connaissance du marché ? Une maîtrise améliorée des rapports humains ? Du temps ?

Personnellement, je mettrais les facteurs humains en première position. Puis la disparité des attentes et motivations et enfin une envie d’aller vite et donc une absence d’abnégation. Or c’est du croisement de ces facteurs que naissent des conditions favorables à l’aboutissement des nouveaux projets. Ils constituent à la fois un terreau enrichissant et un réservoir d’idées et “d’estime augmentée” chez nos prospects.

Faire et recommencer participe à la création de cette estime de nous même et de celle que nous portent nos partenaires, fournisseurs et futurs clients dès lors que nos convictions et notre intuition s’avèrent justes. L’insistance alliée à la persévérance accompagnée par un bel état d’esprit nous procurent au fil du temps une légitimité reconnue. Ce que d’aucuns qualifieraient d’alignement.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Marianne Rolot

#entreprendre #échec #estimeaugmentée #conférenciers  #insistance #persistance #entreprises