Le Blog de Marianne : Manon et Manu

Simple question : avez-vous profité de confinement pour visionner “Manon de Source” à la télé ? J’espère que oui. Non seulement Emmanuelle Béard est sublime mais les jeux de connivences entre les acteurs masculins nous enchantent. J’ai pris un grand plaisir à observer les expressions d’Yves Montand.

La question actuelle du stress hydrique sur lequel je travaille est présente dans ce film. Un village perd son accès à l’eau ce qui rend ses habitants fous. La France, 7ème puissance économique mondiale, nous a fait oublier ce que cela signifiait de vivre sans eau. Parce que ce scénario pourrait à nouveau se produire qu’il faut préparer l’avenir en recherchant des solutions préventives.

Je ne vais pas vous parler en détail de la confiture de fleurs de pissenlits de Christine qui pour corser le tout ajoute à sa recette de l’orange et du citron. Quoique. Vivre à la campagne signifie être proche de la nature et de ce qu’elle produit. Devoir se rendre au supermarché plutôt qu’au marché “avec toutes les précautions d’usage” n’est pas vraiment compris par le monde rural. “Où est la logique ?” s’interroge mon amie.

Nous voici tous embarqués dans un confinement allongé de 4 semaines. Le monde professionnel des conférenciers, formateurs, consultants, a surréagi. Avec eux, la vidéo et la téléconférence fonctionnent à plein tube. Occuper le confinement au mieux des possibilités pour préparer les lendemains est devenu prioritaire. Nous sommes tous dans le même bateau. Notre regard est rivé sur la ligne rose de l’optimisme.

Manu Dibango, chanteur et saxophoniste tout en nuances, n’a pas survécu au Covid-19. Son décès serre le coeur des musiciens du monde entier. Cette star a fait chalouper les jeunes du monde entier au creux des années 80. J’ai donc à nouveau écouté la musique jazzy de ce grand musicien  chaleureux. Un vrai régal.

Savourez !

Le Blog de Marianne revient demain, d’ici là “stay at home !”