Le Blog de Marianne : terrasse et lilas

Terrasse et lila

Nous avons de la chance. Nous avons une terrasse et un jardin. Ce qui fait que nous ne sommes pas limités comme les personnes qui vivent dans immeubles ou des studios au seul horizon possible depuis la fenêtre. Nous sommes donc compatissants avec les “confinés-balcons et fenêtre” malgré eux.

Je vais cependant vous faire une confidence. De ce jardin, miraculeux par les temps qui courent, nous ne profitons pas. Trop humide, trop chaud, poussiéreux, il y a toujours une bonne raison pour le contourner.

Et bien depuis aujourd’hui c’est terminé. Pris d’une crise de courage, ma fille cadette, blanche comme un cachet d’aspirine, que dis-je de doliprane, a pris le taureau par les cornes. La terrasse avait besoin d’un bon coup de nettoyage.

C’est ainsi qu’en deux coup de cuiller à pot, je me retrouvais à ses côté à frotter, frotter le carrelage. Une bonne partie de fou rire s’en est suivie. Il faut dire que la “mouflette” comme disait son grand-père normand, et qui tient à ce qu’on l’appelle Géraldine même si ce n’est pas le cas, en a profité pour arroser mes pieds. Et pas qu’une fois !!!

Ce qu’il y a d’agréable dans ces moments, c’est que les gentils voisins en profitent pour montrer le bout de leur nez. Et me voici après quelques conseils de nettoyage plutôt appropriés avec une proposition de Lila. Oui. C’est la saison du Lila. Moi j’adore. La floraison dure 15 jours à peine. Et en ce moment, c’est un festival de floraison. D’ailleurs, Géraldine qui n’était pas sortie depuis un mois, a eu le choc de sa vie lorsqu’elle est allée chercher les légumes proposés par un maraichers dans notre quartier (grâce au travail efficace de notre association de quartier, ce qui n’a pas que des inconvénients). Oui tous ces arbres en fleur, c’était une explosion et tellement beau. Mais le lila ce sera pour une autre fois à cause des allergies.

Pour revenir à la terrasse, j’avoue que le travail est pour l’instant à moitié fait. La pelouse sur laquelle traîne tous les objets abandonnés, ressemble à un champ de guerre. Nous nous sommes fixé un horaire pour la poursuite du rangement.

A propos de guerre, j’étais toute ouïe à la conférence de presse d’Édouard Philippe, une semaine après le discours d’Emmanuel Macron. Et comment dire, la charge émotionnelle est peut être à son comble. Alors pas trop envie d’en parler.

La première charge a été pour les victimes de la maladie et les conditions dans lesquelles elles sont parties.

La seconde charge a été à propos de toutes ces personnes exposées au virus dans le cadre de leur activité  et pour beaucoup d’entre elles insuffisamment reconnues. Là je pense que tout le monde en a pris conscience.

Le troisième charge est  à propos de tous ces entrepreneurs dont les efforts se trouvent anéantis avec des conséquences massives en matière de d’économie et d’emploi.

Le monde d’avant ne sera pas celui d’après a bien fait comprendre notre premier ministre. Normand, Havrais et je trouve, sympa et courageux. Obsédé par la doctrine et là je me demande s’il a raison. Qui sait exactement ce qu’est le doctrine ?

Quoiqu’il en soit, en Normandie, une chose à changé depuis cette communication : l’état de ma terrasse. Merci Géraldine ! Les jeunes sont nos héros d’aujourd’hui.

Revenons demain ? Savons pas. Ce n’est pas un adieu. Merci au 115 personnes qui suivent cette story sur Facebook. Et parmi elle, les conférencier.e.s du catalogue ACME50 que vous retrouvez ici. Ils sont formidables. Ils peuvent vous aider à rebooster vos entreprises dans le monde d’après. Appelez-moi !

Le Blog de Marianne

PS.: Il est important de parler de la presse notamment régionale. Le dépôt de bilan de Paris Normandie est un dommage collatéral avec les conséquences qu’on imagine. Soutenons la presse du mieux que nous pouvons. Le club de la presse et de la communication de Normandie se mobilise.