Confinement 2ème saison : dans l’ancienne musique la lettre « O » désigne le temps parfait

Histoires de confinement 2ème saison

La lettre « O »

Dans l’ancienne musique la lettre « O » désigne le temps parfait. J’adore cette phrase ; elle me renvoie au logo « O » choisi par Bruno Wagner pour son activité Kinetikos dont j’ai parlé dans la précédente chronique et qui par ailleurs est danseur amateur.

Si vous parle de cette lettre, c’est que j’ai écouté avec attention la troisième enquête étymologique de Yves Richez sur le mot « Objectif », dans sa série « J’ai 2 mots à vous dire » de la saison 1 « Les évidences ».

La lettre « O » qui commence le mot « objectif » s’emploie dans les invocations et exclamations dont elle augmente la force. Elle donne aussi de la majesté à tous les mots en rendant plus sonores.

Dans l’ancienne musique, la lettre « O » désigne le temps parfait, c’est à dire la mesure à trois temps. si le « O » est dessiné à moitié, il désigne le temps imparfait, c’est à deux temps.

Le préfixe « Ob »

Le préfixe « Ob » signifie entre autre « placer devant  »

Le mot « Objet »

Le mot « Objet » : ce qui est placé devant la vue. L’objet est sans nom

Le mot « Objectif »

Le mot « objectif » du point de vue de l’optique désigne le système optique tourné vers l’objet à examiner.

C’est seulement en 1857  que le mot « objectif » est amalgamé avec la notion de but et de finalité. Mais traditionnellement, il n’est pas possible que notre bonheur soit un objectif puisque l’objectif est un intermédiaire.

Le mot « objectif » tel que nous l’utilisons aujourd’hui n’est qu’une métaphore, un amalgame entre le résultat et l’objet visé.

Selon Yves Richez, sémiologue, il est donc plus censé utiliser le mot objectif comme intermédiaire. Et puisque nous sommes intermédiaires, nous sommes l’objectif.

Est-ce pertinent en effet de vouloir se fixer des objectifs qui nous causent une empêchement ? Il est plus pertinent d’utiliser des mots avec le préfixe ad ou ac comme « accompagner » « actualiser » « advenir » « activer » qui dans la réalité se tressent avec le mot « résultat » et s’enchaînent avec le terme « rebondissement »,

Quand on fixe un objectif, il nous fixe à lui. Il est donc conseillé d’abandonner les objets de pensées qui obstruent et qui finissent pas oppresser.

Bien évidemment, je vous conseiller d’écouter avec attention cette enquête et de vous en faire une idée précise.

Je vous invite aussi à découvrir l’offre du catalogue ACME 50 que je dirige avec des propositions de conférences riches en expertises et en émotions dont celles de Yves Richez et Bruno Wagner : https://marianneurope.fr/wp-content/uploads/2019/12/ACME50.pdf

Un besoin, une envie ? Vous trouverez les coordonnées sur le site web marianneurope.fr. Ou utiliserez le formulaire « Contact Me » situé au bas de cet article.

A demain.

Marianne Rolot